samedi 9 mars 2013

Akiane Kramarik, la peinture au service du Divin...






Je peins pour que les êtres retrouvent l’espoir, pour être inspirante pour les autres et pour exprimer ma reconnaissance au divin du don que j’ai reçu.

Akiane Kramarik est née dans l'Illinois (USA) en 1994, d'une mère lituanienne et d'un père américain.

Poète et peintre autodidacte, elle affirme avoir reçu de Dieu ses capacités créatrices. Certains de ses tableaux les plus emblématiques ont été effectués à l'âge de huit ans.

Aujourd’hui âgée de 18 ans, Akiane Kramarik a passé les premières années de sa vie très isolée du monde extérieur. Élevée par des parents athées et scolarisée à la maison avec ses frères et sœurs, elle n’a jamais eu d’éducation religieuse ou théologique : pourtant, par une nuit froide étoilée, Akiane, réveillée par un souffle léger mais intense, aurait conversé avec Dieu et visité le Paradis !... Ses parents restent alors perplexes face à ses affirmations, mais cette vision aura ensuite un impact profond sur sa vie.

Une jeune artiste mystique

Akiane doit donc sa renommée à sa peinture. Selon elle, son art est inspiré par ses visions du Paradis, et son don entretenu par sa relation connexion au Divin. Akiane est optimiste, et ses tableaux dégagent une incroyable sensation de sérénité.

Elle peint généralement des toiles immenses, utilisant des couleurs vibrantes.

D’après la jeune artiste, ses portraits visent à capter l'humanité et la splendeur de ses sujets. Parfois, elle peint la vie, mais dans de nombreux cas, son intention est de donner à voir ce que Dieu lui a montré : un petit bout de Paradis…

La majorité de ses tableaux illustre Dieu, les anges, le temps, la physique quantique. Akiane estime que nous ne voyons qu’une fraction de ce qui existe réellement et que les dimensions sont multiples et se chevauchent.

Talent et maturité au travail

Son style associe réalisme et imaginaire. Elle procède à de nombreuses études de composition, de proportions, de couleurs, des observations de lieux, de paysages, de visages, et de tous les habitants de la nature- fleurs, arbres, oiseaux, animaux, insectes. Une exigence intérieure forte, un travail assidu et une grande autodiscipline accompagnent cette inspiration. Elle peint entre 8 à 20 peintures par an. Une peinture représente le plus souvent de 100 à plus de 200 heures de travail.

«J’apprends de mes propres erreurs. Je me lève souvent tôt le matin de façon à peindre dans le silence de la maison. J’aime travailler sans aucune distraction, attentive aux images, mots, idées que je reçois. Si je décide de peindre un portrait, je recherche un modèle ou j’étudie de nombreuses personnes partout ou je me rends. Quand j’ai décidé de peindre des oiseaux survolant les iles, j’étudie des centaines d’oiseaux, les dessinant dans toutes les situations de vol. J’ai un immense bonheur à observer les comportements de toutes les formes de vie dans la nature».

Son premier autoportrait s’est vendu à 10 000 dollars (environ 7000 €). Akiane reverse une grande partie de l'argent généré par les ventes à des organismes de bienfaisance.